image_pdfimage_print

Les enjeux de la médiation en milieu scolaire – 1

Quand le chahut et la médiation bousculent le monde scolaire chacun à sa manière …

 

A travers ce sous-titre provocateur,  je propose tout d’abord un coup d’oeil dans le rétroviseur.

En 2002 déjà, Driss Abderrazak Alaoui, de l’Université de La Réunion, qui s’intéressait aux interactions agressives en milieu scolaire et leur résolution, a publié un texte sous l’angle ethongraphie à propos de la médiation des conflits à l’école.

 


Regard ethnographique sur la médiation scolaire

 

L’importance de l’ethnographie réside, entre autres, dans sa capacité de rendre étrange ce qui nous est familier et d’amener l’observateur par l’acte du regard à s’attarder sur l’observable pour le décrire et le problématiser. Le regard ethnographique place le détail voire même le micro-détail au centre des préoccupations de l’ethnographe, une tâche dure, qui nécessite de la part de ce dernier une organisation du sens fragmenté par la taille du détail.

Le regard ethnographique ressemble à une rivière qui tout en restant dans son lit se laisse emporter par la force du mouvement en traversant des paysages différents jusqu’au moment où elle se jette dans un cours d’eau plus important. C’est en travaillant, à partir d’une démarche ethnographique, sur la violence en milieu scolaire que je me suis intéressé à des moments non violents dans lesquels les protagonistes proposent des solutions pour mettre fin au conflit qui les oppose. Ce qui a capté plus mon attention, ce sont les différents rôles du tiers et notamment le tiers médiateur et la place de la médiation dans le processus de résolution des conflits. (suite…)

Situer la médiation

Situer la médiation

Pour beaucoup, tant dans le public que dans le monde poltique ou professionnel, la médiation est un concept « flou » [1] qui au mieux évoque le dialogue. C’est aussi un concept « mou » tantôt rangé du côté d’une aide bienveillante ou, pire, du côté du « contrôle soft ». Or, comme l’indique Fiutak, la médiation est un « art dur » au contraire d’une science douce.

Voilà pourquoi , il me semble nécessaire de situer la médiation parmi les différents modes de régulation des impasses personnelles, inter-personnelles ou sociales.[2] (suite…)